Mort en direct : Neda Agha-Soltan

Une manifestante à Téhéran reçoit une balle dans le coeur et meurt dans les bras de son professeur de musique...

Le 21 juin, à Téhéran  une manifestante reçoit une balle dans le coeur, elle meurt dans les bras de son professeur de musique qui lui criait:

« Neda n’aie pas peur. Neda n’aie pas peur. Reste avec moi. Reste avec moi ».

Mais la balle, tirée de près dans la poitrine par un Basidji, un membre des milices islamique en civil, alors qu’elle descendait de voiture, a explosé et le coeur, touché, s’est arrêté alors que du sang lui coulait de la bouche et du nez.

Les derniers mots qu’elle a prononcé en perdant conscience étaient:

« Je brûle, Je brûle. »

La vidéo

Pourquoi la vidéo à échappé à la censure.

Les sites comme Youtube, Facebook et autres sites de vidéos sont contrôlés par les autorités Iranienne. Pour faire parvenir son message au monde, le témoin qui a pris la vidéo à dû accomplir un parcours médiatique compliqué.
Il a envoyé la vidéo par email à un ami qui l’a transmise à différents journaux, à des relations en Europe avec ce message:

« S’il vous plaît, faites le connaître au monde. »

La vidéo a pu été diffusée sur CNN, reprise sur Youtubes, sur tous les média.

Neda Agha-Soltan est alors devenue une icône de la résistance au régime des ayatolahs.

Neda Agha-Soltan

Neda

Les autorités ont demandé à ses parents d’enlever le bandeau noir sur leur maison pour qu’il ne devienne pas un lieu de pélerinage.

Elle était née à Téhéran en 1982, deuxième d’une famille de trois enfants. Son père est un modeste salarié.

Elle étudie la philosophie Islamique à l’université Azad de Téhéran, puis se tourne vers le tourisme. Elle étudie le turc et prend des leçons pour devenir guide touristique. Elle a visité la Thaïlande, Dubaï et la Turquie. Elle aimait chanter et jouer du piano.

Ce n’était pas une militante, mais les résultats truqués de l’élection l’ont mise en colère et elle a rejoint les manifestations. Elle voulait juste que son vote soit compté, rien d’autre. Ses amis voulaient l’en dissuader.

Son professeur de musique qui assistait à sa mort disait:

« C’était une personne pleine de joie. Elle était un rayon de lumière. Je suis si désolé. J’avais tant d’espoirs pour cette femme… »

Les funérailles publiques ont été interdites par les autorités. Neda Agha-Soltan a été conduite par sa famille au cimetière Behesht Zahra samedi après-midi, ou elle reposera pour l’éternité.

Source Times Online.

Documents

L’élection de Ahmadinejad était-elle truquée?

Le 12 juin 2009, Mahmoud Ahmadinejad est réélu au poste de Président de l’Iran avec 63% des voix. Ses adversaires prétendent que les résultats ont été faussés et des manifestations de rue on eu lieu. Les résultats ont-ils été truqué?

Les faits:

  • On cite différents sondages, bien qu’ils ne soient pas publiés légalement en Iran.
    L’un donne Mir Hossein Moussavi, vainqueur avec 60% des voix. Deux autres, à Téhéran, donnaient Ahmadinejad vainqueur avec 58,6% et 44,8% des voix.
  • Le taux de participation était de 85%, contre 60% en 2005, ce qui favorisait les conservateurs.
  • Un temps d’antenne de 20 mn a été attribué à Ahmadinejad contre moins de 2 mn à chacun de ses opposants.
  • En 2005 il obtient 61,69% des voix au second tour avec un taux de participation de 48%.
    Au premier tour il obtenait 19,43% des voix contre 21,13% pour Rafsanjani. Le taux de participation était de 62,66%.
    Il serait donc passé de 19 à 63% des votes à un premier tour avec un taux de participation favorisant les conservateurs.
  • Les candidats sont choisis et les véritables opposants au régime islamique sont exlus des élections.
  • Seul le ministère de l’intérieur peut contrôler les votes. Les bulletins ne sont pas recomptés.
  • De nombreux témoignages affirment que les gardiens de la révolution ont investi des bureaux de votes. On suppose qu’ils ont bourrés les urnes.
  • Moussavi se déclare vainqueur à l’issue des élections. Il prétend que son nom dans les résultats à été remplacé par celui de Ahmadinejad.
  • Selon les résultats officiels, la ville de Tabriz aurait voté à 57% pour Ahmadinejad alors que c’est la ville natale de Moussavi, où il est très populaire, ce qui est quasiment impossible.
  • Ahmadinejad l’emporte dans les grandes villes où l’on sait qu’il y est moins populaire que son rival, au contraire des campagnes.
  • Le rajeunissement de l’électorat va dans le sens des réformateurs qui devraient améliorer leurs scores par rapport aux précédentes élections.
  • Les résultats ont été annoncés très tôt malgré les dizaines de millions de bulletins à compter.
  • Le nombre des votants dans certains bureaux était supérieur au nombre des inscrits. Les autorités le reconnaissent et l’expliquent par le fait que certains vont voter ailleurs que dans leur circonscription.
  • Après l’élection:
    – Les communications par mobile ont été bloquée.
    – Les sites sociaux ont été bloqués, ci qui inclut Facebook, mais pas Twitter.
    – Le principal opposant, Moussavi est arrêté.
    – 170 personnes sont arrêtées.
    Cela ressemble plus au lendemain d’un coup d’état qu’au festivités qui suivent une élection!
  • Le 6 juillet 2009, le comité des religieux invalide l’élection. La plus haute instance religieuse dénonce l’élection et l’implication du leader religieux Katheimi.

Le Washington post a fait une étude sur les résultats publiés par le Ministère de l’Intérieur Iranien, en comparant les données numérique avec ce que produisent les élections, dans n’importe quel pays. Quand on demande à quelqu’un d’attribuer des chiffres, des pourcentages, il manifeste certaines tendances. Par exemple il tend à produire une paire de chiffres proches, comme 63 plutôt qu’éloignés, comme 81. On retrouve une proportion de telles paires proches sans rapport avec ce qui produisent les résultats réels.
La conclusion de l’étude est que les résultats des régions ont été attribués par des individus et ne sont pas le résultat de votes réels.
L’étude du Whashington Post.

Conclusion

Le parti au pouvoir s’est donné tous les moyens pour modifier les résultats à sa guise, ce qui ne prouve rien en soi-même. Mais le résultat ne semble pas seulement entâché d’irrégularités, il semble tout simplement invraisemblable.
Après l’élection, le nouveau président déclare ceci:

« Les élections en Iran sont les plus propres. Tout est fondé sur les valeurs morales. En occident on inclut les voleurs, les homosexuels et autres personnes impures dans l’électorat pour gagner quelques voix. »
Il expose son programme: « La pureté, la justice, la lutte contre la tyrannie et la corruption. »

Plus d’informations