KAUST, le campus écologique

Elle est érigée au milieu du désert, et avec son unité de désalinisation, de traitement des eaux usées, de ventilation solaire, cette université qui est le résultat d’une vision, d’un rêve, offre actuellement le campus le plus économique en énergie, et le plus propre.

kaust

Et pourtant il est construit  sur la côte Ouest d’un des principaux pays producteur de pétrole, l’Arabie Saoudite. KAUST signifie « King Abdullah University of Science and Technologie ». L’idée est de faire de la région ce qu’elle a été dans l’antiquité lointaine: un centre mondial de connaissance et de culture.

En outre se projet en accompagne un second qui tient au développement de l’énergie solaire, très rentable sous les tropiques: le pays veut d’ici quelques années produire en énergie solaire l’équivalent des huit millions de barils de pétrole qu’il produit chaque année.

Pour arriver à créer cette université idéale, engager des chercheurs de tous les pays, acheter les instruments, 10 milliards de dollars ont été investis par le pays. L’université sera spécialisée dans les science de l’environnement, les bio(sciences, et bio-technologies, les mathématiques et informatique appliquées.

Un campus écologique

A l’intérieur de l’université, on circule dans des voitures électriques.

Dans cette région chaude, deux tours solaires produisent un courant d’air frais qui évite l’emploi de climatiseurs, et leur consommation électrique.

L’eau provient de la mer: une usine de désalinisation la rend consommable. Elle est ensuite traitée après usage avant de retourner à la mer.

Un équipement moderne

Les 375 premiers étudiants venus de 60 pays découvriront un équipement perfectionné. Ils reçoivent une bourse et leur voyage leur est payé.

Le campus est doté de 6 microscopes électroniques de 3 mètres de long. Les USA n’en ont qu’un seul!

Un partenariat a été conclu avec IBM pour implanter un des ordinateurs les plus puissants au monde. Shaheen est doté de 65000 processeurs fonctionnant en parallèle pour délivrer 220 teraflops. Ce sera le plus rapide en Asie, le 14 ième dans le Monde.
Un connexion spéciale à large bande reliera le datacenter avec d’autres universités aux USA et en Europe.

Le campus possède le seul cinéma du pays: cela est interdit ailleurs.

Opposition traditionaliste

Les partisans de la vertu dans le pays sont fortement opposé à cette université. La mixité est source de dépravation dans leur esprit et ce n’est pas totalement faux si l’on se réfère à l’affaire Meredith Kercher.

Plusieurs sommité conservatrices ont demandé au « Serviteur des deux Saintes Mosquées »,  en l’occurrence le roi Abdullah, qui a voulu le projet, de renoncer à la mixité qui y règne, cet « acte maléfique ». De nombreux pamphlets sont écrits dans les journaux, dont voici le ton en quelques extraits:

Les laïcs, aidés par l’Occident vont tenter de se servir de l’université pour répandre la mixité dans le reste du royaume et réaliser leurs desseins diaboliques.

Kaust sera une copie conforme des compounds d’Aramco (la compagnie nationale saoudienne d’hydrocarbures), cet Etat dans l’Etat où les femmes conduisent des voitures, sortent sans abayas et sans voiles et se mêlent aux hommes, sans vergogne.

Un autre s’indigne de l’interdiction à la «Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice» (la police religieuse) d’entrer dans le campus de l’université pour veiller au respect des bonnes mœurs.

Ainsi, c’est la porte ouverte à toutes les dépravations. Kaust sera bientôt appelée Faust, celui qui a vendu son âme au diable !

Il faut que l’on mette fin au mal des hypocrites, des envieux, des occidentalisés, de la progéniture de l’Amérique et de Satan !

Pour la première fois, je trouve une justification au terrorisme. Ils ont ouvert l’université à la prostitution. Nous allons voir qui des deux vaincra: les adeptes de la luxure ou les partisans de la foi et du jihad.

On demande ouvertement le jihad contre les « dépravés et les corrompus », on approuve le terrorisme.
Cependant, il y a aussi des libéraux dans le pays pour défendre la modernisation et on écrit dans Al-Jazirah:

Ces ennemis de la civilisation, de la science, du savoir et du progrès sont une exception et non la règle. Leur surenchère sur les questions marginales n’est plus un secret pour personne. Leur diarrhée verbale tourne à vide.

Dans Al-Watan on fustige « La racaille qui se permet d’accuser les dirigeants d’inféodation aux étrangers ».

Les saoudiens semblent donc inégalement fier de posséder le plus grand centre du savoir de l’Orient.

Plus d’informations

Mis à jour le 16 février 2017